20novembre2017

Excursions

Programme "Excursions" du 20 fevrier :

Départ de Dakar à 7h

Arrêt 1 – Rufisque :
-    Visite du littoral de Rufisque fortement affecté par l’érosion côtière. Impact des ouvrages de protection.


Arrêt 2 – Thiès :
-    Visite des Manufactures sénégalaises des arts décoratifs (MASD)
Etablissement public à caractère industriel et commercial, les MASD sont dévolues à la tapisserie. Elles ont été implantées à Thiès (Sénégal) en 1966, à l'initiative de l'ancien Président Léopold Sédar Senghor.

manufactureThies
  Tableau manufactureThies

   Arrivée à  Saint Louis à 14h
         14h – 15h 30 : Installation à l’hôtel et déjeuner

Arrêt 3 –  Ile Saint Louis :
-    Visite de l’Ile de Saint Louis, Patrimoine mondial de l’UNESCO

Fondée par les colons français au XVIIe siècle, Saint-Louis s'est urbanisée au milieu du XIXe siècle. Elle fut la capitale du Sénégal de 1872 à 1957 et joua un rôle culturel et économique prépondérant dans l'ensemble de l'Afrique occidentale. La situation de la ville sur une île à l'embouchure du fleuve Sénégal, son plan urbain régulier, son système de quais et son architecture coloniale caractéristique lui confèrent une identité propre.
L’Île de Saint-Louis, porte de l’Afrique occidentale sur l’Océan Atlantique, est une minuscule bande de terre appelée Langue de Barbarie et insérée entre les deux bras de l’embouchure du fleuve Sénégal. Premier comptoir français sur la côte atlantique de l’Afrique en 1659, l’Île de Saint-Louis fut une plaque tournante pour les négociants européens qui remontaient le fleuve à longueur d’année à la recherche d’esclaves, mais aussi de gomme arabique, d’or, de peaux et autres produits. Elle sera la capitale politique de la colonie de l’Afrique occidentale française (AOF) jusqu’en 1902, et capitale du Sénégal et de la Mauritanie jusqu’en 1957, avant de tomber en déclin du fait du transfert de la capitale à Dakar.

-   Visite de Guet NDar : quartier des pêcheurs de la Langue de Barbarie fortement affectée par l’érosion côtière.
Guet-Ndar est situé sur la langue de Barbarie. C’est un quartier populeux, dense, vivant, avec des ruelles étroites. Les constructions frappent par leur petite taille et leur entassement dans un espace réduit. Ce vieux quartier de pêcheurs, atypique, déroule sa belle carte, exhibe fièrement ses vieilles chaumières, attrayantes dans leur prodigieux enchevêtrement, sa grande mosquée qui trône imperturbable au milieu des sous-quartiers de Lodo et de Pondokholé, les milliers de pirogues qui s'alignent tous les jours sur la plage, le site de Diamalaye où on débarque la sardinelle, et le cimetière « Thiaka Ndiaye » où on découvre des tombes hérissées de piquets de bois ou de fer, recouvertes de filets de pêche qui, à l’origine, étaient l’unique moyen de protéger les sépultures contre les chacals et les chiens errants.

Visite de la « brèche » creusée en 2003 sur la Langue de Barbarie pour lutter contre la menace d’inondation par les crues du fleuve Sénégal.
brecheLangueBarbarieLa langue de Barbarie est une bande de sable de 400 m de large, sur 30 km de long au Sud de la ville de Saint-Louis, classée au patrimoine mondial de l’Unesco. Son existence est aujourd’hui menacée. En octobre 2003, suite à un risque important d’inondation de la ville de Saint-Louis, les autorités décident d’ouvrir une brèche dite « canal de délestage » pour faciliter l’écoulement du fleuve vers la mer, à 7 km au sud de la ville.
De 4 mètres de large au moment de l’ouverture, le canal a atteint 250 mètres de largeur 3 à 4 jours après le creusement, puis 800 mètres au mois d’avril 2004. L’érosion est aujourd’hui très importante dans la partie sud, entraînant la disparition des filaos et des dunes de sable. Il s’y ajoute la salinisation inquiétante de la nappe phréatique qui a entraîné le déclin de bon nombre de cultures.
L’ouverture de la brèche a ainsi complètement modifié le milieu estuarien et certains spécialistes craignent désormais que la ville de Saint-Louis soit plus sensible qu’auparavant à une augmentation, même minime, du niveau de la mer. carteBrecheLangeBarbarie
Une nouvelle brèche a été ouverte par la mer en octobre 2012 un peu au Nord de Gandiole, à 500 mètres de la première. Au départ limitée à quelques vagues, c’est désormais une nouvelle ouverture d’un kilomètre de large qui coupe la langue de Barbarie, menaçant notamment le campement Océan et Savane, tout proche. La rive continentale du fleuve reçoit aujourd’hui directement les vagues sur ces berges. L’ancienne embouchure est maintenant complètement obstruée, suscitant de graves inquiétudes pour le parc national et l’ensemble de ce fragile écosystème...

Arrêt 4 –  Saint Louis :
Quartiers de Sor-Pikine
Visite de sites inondables, en relation avec les eaux de ruissellement stagnantes.
Quartier de NGallèle
- Visite de l’Université Gaston Berger de Saint Louis, la 2ème Université du Sénégal

19h 30 – 21h : Dîner